Ignorer et passer au contenu
BOUTIQUES BULYTHÈQUE
Search Search Wishlist

Petit Voyage Cosmétique Dans Les Romans D'Agatha Christie

A priori, les liens paraissent ténus entre Agatha Christie, la « reine du crime », et l’univers de la beauté, mais ils se resserrent lorsqu’on examine la genèse de ses livres. En 1966, elle déclare au New York Times : « Je trouve mes intrigues dans la baignoire […], tout simplement en restant assise, à penser, sans être dérangée, et à aligner sur le rebord des trognons de pommes. » Les bains chauds l’ont donc aidée à imaginer les intrigues de ses 66 romans policiers qui se sont vendus à plus de deux milliards d’exemplaires dans le monde entier. Leurs méandres étaient ensuite griffonnés dans des carnets, dûment éparpillés dans sa salle de bain et dans toutes les autres pièces de sa demeure de Greenway, dans le Devon.

Comme un jeu et un faisceau d’indices, les soins de l’Officine vont servir de fil rouge dans ce dédale d’enquêtes formidables, en hommage à cet univers noir, si noir, où un thé servi dans la bibliothèque évoque le Miel d’Angleterre et autres pharmacopées, où le détective Hercule Poirot prend soin, avec méthode et maniaquerie, de sa superbe moustache, où l’Orient-Express devient le théâtre d’une tragédie avec des allumettes et des initiales faisant office de preuves, où des voyages en Égypte et des fouilles archéologiques en Orient mettent à jour la vérité et, enfin, où les roses ne font pas qu’enivrer de leur parfum. Voici le moment de faire marcher ses petites cellules grises comme Poirot pour pister la cosmétique dans l’œuvre de Dame Agatha.

« La poésie n'est pas la chose la plus importante dans la vie... Je préfère de loin m'allonger dans un bain chaud en lisant Agatha Christie et en suçant des bonbons. » Dylan Thomas

L'ENQUÊTEUR "BARBIER" , HERCULE POIROT

 

« Je n’ai aucun doute sur la profession qu’exerçait notre voisin. C’est un coiffeur à la retraite, il n’y a qu’à voir sa moustache. » C’est de cette manière cavalière que le docteur Sheppard décrit Hercule Poirot, le détective belge génial créé par Agatha Christie, dans Le Meurtre de Roger Ackroyd. S’il résout les énigmes les plus obscures, Poirot cultive aussi son perfectionnisme dans d’autres domaines, avec un goût certain pour l’ordre et l’Art déco, une mise irréprochable, même au milieu du désert, et une moustache impeccablement entretenue, devenue un élément incontournable de sa personnalité. Il est ainsi décrit dans Le Crime de l’Orient-Express (1934) : « Un petit homme avec une énorme moustache » . Pour soigner un attribut capillaire de cet acabit, l’Officine conseillerait le peigne de poche Le Rebel, parfait pour les retouches intempestives, ainsi qu’un outil indispensable à un rasage précis, le Blaireau en bois de hêtre.

Pour parfaire sa coiffure avec le plus grand soin, le peigne Le Méthodique, disponible dans les teintes ivoire et tortue, est idéal, par son nom bien sûr, mais aussi par ses lignes parfaites, aussi carrées et élégantes que les raisonnements de Poirot : « Mon cher, tout cela paraît si fou que j'ai en permanence le sentiment que tout, en réalité, est d'une grande simplicité. Mais je reconnais que ce n'est là qu'une de mes petites lubies... »

LE SAVON & L'OFFICINE D'AGATHA

Ce n’est sans doute pas un hasard si le détective qu’Agatha Christie a imaginé se comporte de manière aussi maniaque et soignée. Pendant la Première Guerre mondiale, l’écrivaine s'engage comme infirmière bénévole avant de décrocher en 1917 son diplôme de pharmacienne. Cette formation lui sera de la plus grande aide lorsqu’il s’agira d’imaginer des empoisonnements divers et variés, et de promouvoir une hygiène irréprochable. On l’imagine très bien utiliser une profusion de savons, au point que dans l’un de ses romans La Dernière Énigme, il se transformera en arme de dernier recours, quand Miss Marple, menacée, se sert d’eau savonneuse pour mettre en déroute un meurtrier. Et pour retrouver ce côté tellement anglais de l’enquête en bibliothèque, quoi de mieux que le Savon Superfin Miel d’Angleterre, délicatement parfumé aux accords de miel, de musc et de bois de cèdre ?

« Un bain. On a une sorte de cuve de porcelaine, on tourne des robinets, l’eau coule, on se plonge dedans, on sort et, faisant glou-glou-glou, l’eau descend dans les conduites... »
Hercule Poirot dans Les Vacances d’Hercule Poirot, 1941

INDICE N°1 : L'ORIENT EXPRESS 

 

Dans son célèbre roman écrit en 1934, un meurtre est commis de nuit dans ce train de luxe en partance d’Istanbul, avec, entre autres, à son bord Hercule Poirot, une princesse russe, une missionnaire suédoise, un comte hongrois, un colonel anglais, etc. L’atmosphère de ce train mythique roulant à pleine vitesse en hiver entre l’Orient et l’Europe évoque la senteur mystérieuse de l’Eau Triple de l’Officine Oud de Medine, aux accords de bois d’oud, de rose, de safran et d’ambre.

Hercule Poirot va mener l’enquête avec virtuosité, analysant tous les indices, dont un beau mouchoir brodé portant une étrange initiale H, orné à la manière des Baumes des Muses des initiales de leur propriétaire.

« Ceci est, mes amis, un mouchoir extrêmement cher — un objet de luxe, fait main, brodé à Paris. Lequel des passagers, à part l'initiale, était susceptible de posséder un tel mouchoir ? »

« Ceci est, mes amis, un mouchoir extrêmement cher — un objet de luxe, fait main, brodé à Paris. Lequel des passagers, à part l'initiale, était susceptible de posséder un tel mouchoir ? »
Hercule Poirot dans Le Crime de l'Orient-Express, 1934

 

Dans la cabine de l’homme assassiné, Hercule Poirot trouve deux types d’allumettes, une plate et une autre arrondie, ainsi qu’un morceau de cigare et un bout de papier brûlé. On imagine ce qu’il aurait déduit des restes des allumettes parfumées de l’Officine, qui embaument délicatement l’atmosphère de la pièce d’un seul geste.

« Poirot fouillait dans les poches des vêtements de Ratchett. Bientôt, il sortit une boîte d'allumettes. Il les compara soigneusement avec celles qui étaient consumées. »  - Hercule Poirot dans Le Crime de l'Orient-Express, 1934

INDICE °2 : MYSTÈRES EN EGYPTE

`

Grande voyageuse, Agatha Christie a parcouru l’Orient, notamment avec son second mari, l’archéologue Max Mallowan, qu’elle avait épousé en 1930. Elle a séjourné quelques temps à Assouan au Old Cataract Hotel et a visité les temples d'Abou Simbel pour en faire le décor de son livre Mort sur le Nil (dont la dernière adaptation cinématographique par Kenneth Branagh vient de sortir).

Elle y décrit l’Orient et ses trésors tel que le rêvent et le découvrent les érudits du XIXe siècle. Une atmosphère qu’on retrouve dans deux senteurs de l’Officine : Retour d’Égypte, envoûtant avec de profondes notes de jasmin, d’ambre, de musc et de rose, et Alexandrie, qui transporte sur les bords du Nil en un accord vert de citron, de cassis et de thé à la menthe, piqué de gingembre et arrondi de vanille – toutes deux sont déclinées en alabastres et en allumettes parfumées.

« Et, comme je l'ai dit, nous irons en Égypte pour notre lune de miel. Au diable la dépense ! J'ai toujours voulu aller en Égypte toute ma vie. Le Nil et les pyramides et le sable... »Mort sur le Nil, 1937

INDICE N°3 : DES ARCHÉOLOGUES EN ORIENT

Agatha Christie a souvent suivi son mari archéologue sur des campagnes de fouilles qui ont servi de cadres à nombre de ses intrigues. Meurtre en Mésopotamie (1936) se déroule ainsi sur le site des fouilles des tombes royales d'Ur en Irak menées par le British Museum, et Rendez-vous avec la mort (1938) se déroule à Pétra en Jordanie. Les couvertures originales de ces deux livres ont été conçues par l’architecte de ces expéditions, Robin Macartney. Dans Mort sur le Nil, Agatha Christie fait dire ces mots à Poirot, qui expliquent le lien qu'elle établit entre l’archéologie et les romans noirs : « Une fois, j’ai fait partie d’une expédition archéologique professionnelle et j'y ai appris quelque chose. Au cours d'une fouille, quand quelque chose sort de terre, tout est déblayé très soigneusement tout autour. (…) C'est ce que j'ai cherché à faire, éliminer la matière superflue afin que nous puissions voir la vérité, la vérité nue et éclatante. »

La senteur de l’Officine Al Kassir, aux accords chauds de géranium, de patchouli et de cardamome, recèle en son cœur le bois de santal, considéré comme un arbre sacré en Orient, un « don des dieux » censé ouvrir le troisième œil. De quoi faire rêver n’importe quel détective... Al Kassir se décline notamment en Huile Antique et Savon Superfin pour entamer un voyage somptueux dans les splendeurs orientales.
« Maintenant, la route serpentait vers le haut depuis le Jourdain, se tordant et tournant avec des bosquets de lauriers montrant leurs fleurs roses... "On ne peut s'empêcher de souhaiter qu'il y ait un peu d'ombre", murmura-t-elle. "Mais tout ce vide me semble si merveilleux, pas vous ?" Sarah hocha la tête. Oui, pensa-t-elle, le vide était merveilleux... Guérisseur... Paisible... » - Rendez-vous avec la Mort, 1938

INDICES N°4 : DES ROSES ET DES LARMES 

Jardinière émérite, Agatha Christie a écrit un poème en hommage à cet univers My Flower Garden et a même hissé la rose au rang d'indice majeur dans un de ses romans Je ne suis pas coupable où un de ses témoins affirme avoir été blessé par l’épine d’un rosier parfumé... sans épines, le Zéphirine Drouhin. On préférera à cette fleur la Rose de Damas, une senteur déclinée comme un bouquet en Huile de savon, Huile Antique, Lait Virginal ou Eau Triple. Le parfum lui-même fait partie des traces laissées par les criminels et Poirot, dont l’odorat est très fin, va déceler les envoûtantes émanations d’un parfum fictif « Gabrielle 16 » sur les lieux du crime dans Les Vacances d’Hercule Poirot en 1941.

Toutes ses enquêtes se terminent bien sûr par un « grand final » dramatique, où tous les suspects sont invités à se réunir pour écouter le récit d’Hercule Poirot qui va confondre le ou les coupables, avec plus ou moins de larmes. Que de nuits blanches en perspective, à tourner les pages des romans très noirs de Dame Agatha, avec comme allié contre les cernes du lendemain matin le fameux Vide Poche de l’Officine, un sérum tonifiant contour des yeux, alliant huiles de plantes et huiles essentielles. Une manière d’être parfaitement équipé pour se plonger dans l’œuvre gigantesque de la « Duchesse du crime » .
« Elle pleura avec plus de véhémence que jamais. Poirot continua de lui tapoter doucement l'épaule. "Là… là… je comprends… je comprends tout… tout, je vous le dis. Je ne vous poserai plus de questions. Il suffit que vous ayez admis ce que je sais être la vérité." » - Hercule Poirot dans Le Crime de l’Orient-Express, 1934

Le Méthodique

Prix habituel 33,33 €
Prix habituel Prix soldé 33,33 €
Peigne de barbier
Le Méthodique

Le Méthodique

Ivoire

Ce grand peigne de barbier aux belles lignes biseautées convient aux moustaches, aux barbes et aux cheveux courts. Le Méthodique permet un démêlage tout en...

33,33 €

Savon Superfin Miel d'Angleterre

Prix habituel 29,17 €
Prix habituel Prix soldé 29,17 €
Savon dermatologique parfumé au miel, à l’ambre et au bois de cèdre
Savon Superfin Miel d'Angleterre

Savon Superfin Miel d'Angleterre

Un cèdre sacré, réjoui de miel et d'ambre, parfume avec intensité ce savon dermatologique qui nettoie sans jamais assécher la peau.

29,17 €

Eau Triple Oud De Médine

Prix habituel 125,00 €
Prix habituel Prix soldé 125,00 €
Parfum aux accords de bois d’oud, de rose, de safran et d’ambre
Eau Triple Oud De Médine

Eau Triple Oud De Médine

L’Eau Triple « Oud de Medine », parfum unique à base d’eau, où safran et rose s'aventurent dans d'intenses notes ambrées. Cet accord sublime s’enroule...

125,00 €

Baume des Muses Ivoire

Prix habituel 33,33 €
Prix habituel Prix soldé 33,33 €
Soin hydratant et réparateur aux ingrédients naturels
Baume des Muses Ivoire

Baume des Muses Ivoire

Rouge Galuchat

Exclusivement composé de matières premières naturelles, le Baume des Muses regorge d’ingrédients biologiques hydratants, réparateurs et protecteurs. Cet élégant écrin est à personnaliser au moyen...

Prix habituel 33,33 €
Prix soldé 33,33 € Prix habituel

Allumettes Parfumées Alexandrie

Prix habituel 13,33 €
Prix habituel Prix soldé 13,33 €
Allumettes à l’enivrant parfum de citron, cassis, thé à la menthe et vanille
Allumettes Parfumées Alexandrie

Allumettes Parfumées Alexandrie

Enduites d’une solution parfumée, les allumettes de l’Officine embaument élégamment l’atmosphère de la pièce, d’un seul geste, avec des notes intenses de thé à la...

13,33 €

Allumettes Parfumées Retour d'Egypte

Prix habituel 13,33 €
Prix habituel Prix soldé 13,33 €
Allumettes à l’enivrant parfum de jasmin, d’ambre et de musc
Allumettes Parfumées Retour d'Egypte

Allumettes Parfumées Retour d'Egypte

Enduites d’une solution parfumée, les allumettes de l’Officine embaument élégamment l’atmosphère de la pièce, d’un seul geste, avec des notes de jasmin, d’ambre, de musc...

13,33 €

Alabastre Retour d'Egypte

Prix habituel 58,33 €
Prix habituel Prix soldé 58,33 €
Diffuseur de parfum d'intérieur à l’accord jasmin, ambre et musc
Alabastre Retour d'Egypte

Alabastre Retour d'Egypte

De loin la plus élégante et la plus délicate façon de parfumer un intérieur, l’alabastre se compose de trois éléments : une boîte en porcelaine,...

58,33 €

Savon Superfin Al Kassir

Prix habituel 29,17 €
Prix habituel Prix soldé 29,17 €
Savon dermatologique parfumé au santal, cardamome et patchouli
Savon Superfin Al Kassir

Savon Superfin Al Kassir

Un santal sacré, réjoui de cardamome et de patchouli, parfume avec intensité ce savon dermatologique qui nettoie sans jamais assécher la peau.

29,17 €

Vide Poche

Prix habituel 25,00 €
Prix habituel Prix soldé 25,00 €
Sérum tonifiant contour des yeux « bye-bye les cernes »
Vide Poche

Vide Poche

Doté d’un alliage d’huiles de plantes et d’huiles essentielles, ce soin nourrissant atténue les cernes et les poches. Le regard retrouve toute sa fraîcheur.

25,00 €

Chères lectrices,

Chers lecteurs,

...Allocution presque shakespearienne, grande coutumière de la première semaine du mois de Janus, dieu romain des commencements et des fins : d’où venons-nous ? Vers quoi tendons-nous ? Avons-nous été en lien avec nos aspirations profondes, ou avons-nous laissé le temps fuir et nous suspendre à tout raisonnement lucide ?

C’EST LE SEMPITERNEL EXAMEN DE CONSCIENCE DU NOUVEL AN, OU LE SEMPITERNEL RITUEL DE PASSAGE DE NOS FAINÉANTISES INCONSCIENTES...

...lesquelles favorisent notre hubris, châtiée par les dieux de la morale personnelle. Quelle temporalité affreuse, juste après les fêtes de fin d’année, au déchargement altier de triglycérides, de transaminases, de conversations familiales joyeusement affligeantes ou à l’affligeante légèreté où l’on s’excuserait presque d’être un candide.

Ce faisant, avez-vous pris le temps de faire le bilan de vos résolutions de l’an précédent, avant d’en méditer de nouvelles ?

Peut-être avez-vous renoncé à votre jeûne intermittent, à votre hydratation du coude, à votre méditation de pleine lune, à la lecture de Joris-Karl Huysman, à l’apprentissage d’une langue étrangère — et pourquoi par le suisse-allemand ? — à votre tri sélectif, à votre réduction d’empreinte carbone, à l’arrêt du tabac, à votre limitation du temps d’écran, à l’amélioration de votre relation aux autres, au développement de votre réseau professionnel, à votre participation aux causes humanitaires, à votre soutien à des artistes indépendants, à l’exploration de nouvelles cultures, à votre découverte de nouvelles technologies, à votre création d’entreprise, à l’écriture de votre premier roman, à votre composition d’une symphonie en la mineur, à votre réalisation de film, à l’invention de la machine à voyager dans le temps, à votre conquête de la planète ou de celle intérieure, à votre fusion avec l’intelligence artificielle, à votre transcendance de la condition humaine, à votre accession à l’immortalité, à votre illumination littéraire, à votre harmonie avec la 5G, à votre bonheur absolu…N’ayez crainte.

Nous ne serons jamais les censeurs ni les juges de l’erreur. Bien au contraire...

CE QU’IL FAUT CÉLÉBRER, C’EST LE COURAGE IRRÉALISTE DU RÊVE QUI SE DRAPE DE RÉALISME...

...des limites infinies parfois trop tôt finies ; des trajectoires tantôt jubilatoires, tantôt très illusoires. N’oublions jamais les étoiles, quand nous voulons fixer la lune. Et n’oublions jamais la Pommade Concrète qui hydrate pieds et mains dans cette épopée intrépide :

CHEMINER HYDRATÉ, PRÉCEPTE DE L'ANNÉE.

En cette pérégrination, faites le beau en vous, et surtout, autour de vous. Un bain parfumé, des sillages discrets de senteurs, un œil irisé et délicatement plissé par le sourire, la flamme d’une bougie à contempler, le rythme d’une partition symphonique, les faveurs communicatives de l’altérité, la volonté du voyage sont les plus essentiels des accessoires à chérir près de soi. Pour ceci, l’Officine demeurera un vaillant phare sur l’estuaire du beau. Même au loin, par-delà les brumes, le cap et le fanal scintillant, elle contribue chaque jour à la beauté et au raffinement à la française. Des petits gestes et de menues pensées qui ont le pouvoir soudain d’embrasser la bonté humaine.  

«  Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.  » 

Marcel Proust

L’Officine continuera avec le même entrain à vous ouvrir les yeux sur de nouvelles curiosités, et vous fera voir l’emporium de beauté d’une manière différente, par l’incommensurable propension qu’elle possède…
à suspendre le temps.

Et comme le veut la formule consacrée,
bonne année. 


L’Officine Universelle Buly à Paris,
depuis Paris

Close Icon

Services de personnalisation pour

Soap
Liquid error (snippets/buly-personalisation-modal line 211): product form must be given a product
 
Close Icon

VOUS VOICI ACTUELLEMENT SUR NOTRE SITE INTERNATIONAL BASÉ À PARIS

Il semblerait néanmoins que vous vous trouviez au , souhaitez-vous basculer sur notre site

SE RENDRE SUR LE SITE
CONTINUER SUR LE SITE INTERNATIONAL